Maria Assompta

 En août 1856, la première pierre de l'église de l'assomption est posée. Le toit couvert d’ardoises est à longs pans avec croupe polygonale, appentis et flèche polygonale. Il abrite la grosse cloche de l’église dénommée Maria Assompta. La partie qui frappe le corps de la cloche est soit un battant, soit une petite sphère libre comprise dans le corps de la cloche, soit un maillet ou un battant séparé qui frappe depuis l’extérieur.

La cloche est généralement surmontée dans sa partie supérieure, au-dessus de l’axe support, d’une masse métallique ou de bois jouant le rôle de contrepoids : le mouton. Les cloches sont supportées par un ensemble de poutres en bois qui absorbent les vibrations, ce qui ne pourrait être fait par une maçonnerie.

Maria Assompta est en bronze avec décor en relief, bois, fer et cuir. Elle possède six anses, c’est une cloche actionnée électriquement avec transmission par volant métallique. Le vase est en bronze, le mouton en bois, le baudrier en fer et cuir, le battant en fer avec châsse, avec des lettres sur les dossiers et des lettres gravées. Son poids est de 2 170,40 kg.

Elle comporte des figures bibliques, un Christ en croix, une Vierge à l’enfant et des symboles christiques, une croix à décor végétal sur la faussure.

Inscription : signature (en relief) ; inscription (en relief, gravée)
Précision inscription : signature : BURDIN FILS AINE FONDEUR A LYON ; inscription (4e ligne gravée) : MARIA ASSOMPTA IN COELO ORA PRO NOBIS/FONDUE EN 1852 SOUS L'ADMINISTRATION DE MRS LOUIS BENOIT DUCORDAUX MAIRE ET VEAUX JACQUES ADJOINT/MR BOURCEVET AUGUSTE CURE DE L'ABERGEMENT MA BENITE/CETTE CLOCHE A EU POUR PARRAIN JEAN-BAPTISTE LOMBART ET POUR MARRAINE MARIE VEAUX
Auteur(s) : Burdin Jean Claude III, dit : Burdin aîné, ou : Burdin fils aîné (fondeur de cloches)
Siècle : 3e quart 19e siècle
Date(s) : 1852